65 ans de la libération d'Auschwitz

Je voulais à ma façon exprimer mon ressenti en ce jour particulier mais je ne le pouvais. Aussi, avec l'autorisation je publie le message écrit aujourd'hui dans le cadre d'une liste de discussion, cette personne dont je ne cite pas le nom, nous est indirectement connue puisque j'ai écrit sur ce blog quelques lignes au sujet de sa soeur.
.
En lui demandant cette autorisation, nous avons discuté, il m'a parlé d'un film qu'il avait vu au Mémorial de la Shoah, une histoire tirée d'un roman de Charles-Ferdinand Ramuz : "La Séparation des races". Le film s'intitule "Rapt", il a été adapté du roman par Benjamin Fondane, né Benjamin Wechsler. Il naquit en Roumanie et devint Français en 1938. Arrêté par la police de Vichy, ses amis parvinrent à obtenir sa libération mais Benjamin Fondane décide de ne pas abandonner sa sœur Line. Il sera déporté à Auschwitz... J'en ai fini avec les indiscrétions de notre longue et enrichissante conversation, aussi, je vous laisse lire son message intitulé "JOUR DU SOUVENIR" :

YIZKOR

Aujourd’hui, on" commémore" le jour de la libération d’Auschwitz symbole sans nom de ce qui s’est passé, de ce que nos proches ont subit de ce que nous ressentons d'Auschwitz notre plus grand et plus tragique cimetière.


Par opposition, le yom hashoah commémore l’insurrection du ghetto de Varsovie à pessah 1943. Dans les 2 cas, pour les juifs , et pour l’Europe c'est sur la terre de Pologne que ça s’est passé. Et, ce n'est qu'il y a peu que l' on a fait une " différence " entre camps de concentration et d’extermination. On a longtemps mélangé Auschwitz et Bergen-Belsen, rappelons que si les camps étaient partout, même en France, en Belgique et en Hollande les camps d'extermination n'ont existé qu'en Pologne, qu'en plus de l’immense communauté juive polonaise disparue sur la terre de Pologne les juifs qui disparaissaient d’Europe occidentale et des Balkans étaient mis à mort en Pologne, en Lituanie parfois mais pas tellement. D' ailleurs loin de moins l’idée de mettre sur la touche les Einsatzkommandos qui sévissaient dans l’ex-Union soviétique.

Souvenons-nous