L'ARBRE DE NOËL | CONTE


L’Arbre de Noël 




Quel joyeux guide vous conduit,
O troupe allègre et turbulente ?
Votre figure est jubilante…
Voici venir la Sainte Nuit :

Sur les monts et sur les vallées
Le manteau sombre au loin s’étend,
Et de tout clocher l’on entend
Bondir les sonores volées.
Venez tous, venez l’entourer,
Ce monument de votre joie !
Assiégez-le !… Pour qu’on le voie,
C’est vrai qu’il faudrait l’éclairer ?

Un Ange à la douce figure,
Un flambeau céleste à la main,
Vers lui, d’en haut, prend son chemin
Pour l’allumer à l’heure obscure.

Voilà sa lueur qui grandit :
Le bois plantureux se dévoile ;
Chaque feuille porte une étoile…
L’Arbre de Noël resplendit !

***

Tourbillonnez ! chantez en chœur !
Bien loin sont les humeurs chagrines.
Ouvrez vos lèvres purpurines
Aux chauds élans de votre cœur !

De qui vous vient réjouissance,
Bambins choyés, prenez souci ;
Au bon Jésus dites merci !
Ayez de la reconnaissance.

Le voyez-vous, ce doux Jésus,
Debout dans les bras de sa mère ?
Il ajoute un mot débonnaire
Aux dons que vous avez reçus.

Et sa mère, Vierge des vierges ?
Elle est sur un trône éclatant,
Moins pur qu’elle, et qui brille tant
Qu’il en fait pâlir tous les cierges.

Comme à l’autel monte l’encens,
A la Vierge, mère bénie,
Monte la suave harmonie
De mille angéliques accents…

***

Puis, comme les anges pieux
Qui le couronnent de leur ronde,
Nouez un long cercle qui gronde
De vos cris, lutins radieux !

C’est Nuit Sainte ! Soyez en fête !
Pour les pécheurs Jésus est né ;
Que le monde soit pardonné,
Du mal acclamez la défaite !

Ce beau mât que vous entourez,
Qui vous jette ses lueurs blanches
Et qui vous tend ses lourdes branches,
Vrais bras de trésors encombrés,

Cet Arbre n’est point, troupe alerte,
Comme un autre de vous connu,
Où le grand-père Adam venu
Mit la dent sur la pomme verte.

Non. Si maint fruit s’y voit pendu,
C’est pour que votre doigt le cueille ;
Vous pouvez l’ôter à sa feuille…
Là, ni peur ni fruit défendu !

Allons ! ferme ! ayez conscience,
Des hauts faits qui vous sont permis !
Prenez ! croquez ! gentils amis,
Ce n’est pas l’Arbre de Science.

Il l’est si peu qu’il faudra bien,
Quand la fête sera passée,
Tourner un brin votre pensée
Vers l’étude… Oh ! silence ! rien :

Demain viendra l’heure d’apprendre. —
Du beau mât que vous entourez
Dépouillez les bras encombrés,
Dût le point du jour vous surprendre !

Oh ! comme sa lueur grandit !
Le bois plantureux est sans voile ;
Chaque feuille porte une étoile ;
L’Arbre de Noël resplendit !

François Fertiault (extraits) 1864
 

Aucun commentaire: