Victor Hugo La tempête


Une tempête 
.
Approchait, et je vis, en relevant la tête,
Un grand nuage obscur posé sur l'horizon;
Aucun tonnerre encore ne grondait; le gazon
Frissonnait près de moi; les branches tremblaient toutes,
Et des passants lointains se hâtaient sur les routes.
Cependant le nuage au flanc vitreux et roux
Grandissait, comme un mont qui marcherait vers nous.
On voyait dans des prés s'effarer les cavales,
Et les troupeaux bêlants fuyaient. Par intervalles,
Terreur des bois profonds, des champs silencieux,
Emplissant tout à coup tout un côté des cieux,
Une lueur sinistre, effrayante, inconnue;(...)

A écouter : In the mist 

Aucun commentaire: