GILETS JAUNES ALLIER | SI MAMAN SI PAR MYRET ZAKI

Gilets Jaunes à 03 Dompierre sur Besbre - le 29 novembre

Si, maman si, si maman si




- Maman, si je défends les gilets jaunes, est-ce que ça veut dire que je suis "de gauche"/ "marxiste"?

- Non ma chérie, ça ne veut pas dire que tu es "marxiste" ou "de gauche"." 

- Ah. Et si je trouve que l'immigration en Europe est effectivement excessive, est-ce que ça veut dire que je suis "d'extrême-droite" ?

- Non ma chérie, ça ne veut pas non plus dire que tu es "d'extrême-droite".

- Ah bon ? Pourquoi me dit-on cela, alors ?

- C'est parce qu'un grand nombre de gens rechignent à exercer une critique rationnelle contre certains excès aujourd'hui évidents et démontrables, de peur de se faire cataloguer idéologiquement. Mais la réalité n'est ni de gauche ni de droite. Elle peut sembler soutenir l'une ou l'autre, mais sans s'y attarder. Et la réalité nous parle: l'évolution négative des conditions, la détérioration prolongée que vit la majorité en Occident, est un fait: c'est sans doute le "retour de l'histoire". Ces réalités doivent être attestées et nous rassembler autour d'un consensus social, bâti sur la raison, sur un bon sens commun et sur la démonstration complète des faits, et non se heurter à des dogmes immuables. 

Par exemple: être pour les gilets jaunes, à une époque où les inégalités sociales sont au plus haut de l'histoire moderne et où la perte de pouvoir d'achat des ménages modestes s'aggrave depuis 15 ans, au point de plomber le bien-être et aussi la croissance des pays de l'OCDE, n'a rien d'une vue gauchiste au sens caricatural et diffère d'une position militante qui serait défendue alors que la répartition des richesses serait plutôt équitable et le pouvoir d'achat serait stable ou en hausse pour la majorité. 

De même, s'opposer à l'immigration quand celle-ci a atteint des proportions historiques1, cause un dumping économique et social et une perte de repères identitaires en modifiant les liens profonds des sociétés n'a rien d'une vue d'extrême-droite, qui serait de lutter contre une immigration bien mesurée ou au stade de phénomène marginal. 

Tout s'analyse en référence au fait présent et historique. C'est pourquoi Voltaire a passé sa vie à encourager la pluralité des idées, et à combattre la sénilité des dogmes"...
  
(Dialogue imaginaire avec ma fille, en réalité inspiré de conversations avec de grandes personnes, pour lesquelles il reste impensable, contexte ou pas, de sortir de discours aussi catéchisants qu'obsolètes).


1 Entre 2008 et 2015, le nombre de demandeurs d’asile est passé de 200'000 par année dans l’UE, la Suisse et la Norvège, à 1,5 million par année.


Texte de Madame Myret Zaki, Rédactrice en chef du magazine économique Bilan,  publié avec son aimable autorisation.



Aucun commentaire: